samedi 9 janvier 2010

On ne peut plus être mondialiste

Lorsque je vois nos politiques actuels, j’ai le sourire aux lèvres, mais c’est un « ris sardonique ». Lorsque je lis des articles de gens sensés être alternatifs j’ai la nausée.

Le mondialisme n’est plus au goût du jour.
Souvent on s’accroche aux valeurs dépassées avec la hargne de la veuve qui ne veut se détacher de la dépouille de son mari défunt. C’est ce qu’ils font tous à s’accrocher corps et âme au cadavre nauséabond de la mondialisation.

« La crise est mondiale. Il lui faut une réponse mondiale » est la contradiction la plus ridicule qu’il m’ait été donné d’entendre. La crise est mondiale, c’est que l’économie mondialisée vient de montrer son énième échec cuisant qui précarise les peuples de tous les pays !

On ne peut plus se dire mondialiste à moins de considérer la terrible crise de 2008-2009 comme une simple bagatelle. Il en est hors de question ! Trop de personnes tombées au chômage, trop d’entreprises en faillite, trop de montée soudaine de la précarité pour qu’on laisse passer ça. Le peuple ne se laissera pas faire ! Le peuple en a marre de souffrir des choix douteux de politiques seulement occupés de leurs propres profits.

De plus, beaucoup se posent de plus en plus « anti-capitalistes ». L’anti-capitalisme ne veut rien dire, il ne suffit pas de se poser contre le capitalisme sinon nous en faisons parti. Il faut passer à autre chose, penser l’après. Je suis pour ma part « Post-capitaliste » selon la théorie évoquée par Vincent Vauclin dans « le moment est venu ». Mes frères, nous avons compris qu’il fallait en finir avec le capitalisme ! Mes amis : vous avez raison. Nous ne pouvons plus continuer sur la voie du capitalisme, c’est continuer sur la voie de l’auto-destruction. Ca tente peut-être quelques malades, moi ça ne me dit rien !

Nous sommes donc Post-Capitalistes (ou « anti ») mais nous avons ouverts les yeux. Non au capitalisme. Premier point.

Or, beaucoup d’entre vous se disent mondialistes ou « alter-mondialistes ». Mes amis, mes frères : sortez de vos propres contradictions. On ne peut pas être Post-Capitalistes (ou « anti-capitalistes ») et mondialistes. Car la mondialisation a été, est et restera capitaliste car ceux qui en ont posé les jalons sont les USA et si vous croyez que les USA, la FMI et autres sortiront du capitalisme, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’en Chine ! Deuxième point.

Ainsi, si la mondialisation est par essence capitaliste (parce que c’est uniquement pour faciliter les échanges de flux, de capitaux qu’ils ont voulu la mondialisation, pas pour aider les peuples du monde vu le nombre de crèves la faim qui subsistent avec peine sans qu’ils ne fassent rien et c’est honteux !) on ne peut qu’être anti-mondialiste car anti-capitaliste. Etre alter-mondialiste ne veut rien dire : qui êtes-vous à votre petite échelle, à 300 000, 400 000, 500 000 à vouloir une autre mondialisation ? on ne nous écoute plus, nous ne sommes pas « eux », nous ne sommes rien alors nous ne pouvons leur demander une autre mondialisation : la mondialisation n’est que le produit d’une volonté économique globale où la course effrénée au profit et à la rentabilité ne laisse plus aucune place à l’humanité. On ne peut donc pas être Post-capitaliste (ou « anti ») et (alter) mondialiste, c’est une antithèse, une contradiction à bannir. Troisième point.

Maintenant, à vous de choisir votre camp :
Mondialiste capitaliste ou Post-Capitaliste (ou anti-capitaliste) anti-mondialistepour une société humaine, des échanges justes et régulés par le respect de l’autre.

Stop aux contradictions utopiques!

Sylvain, alias Souldestructor

3 commentaires:

  1. Je fais votre connaissance, je vous mets en ligne !
    LGS

    RépondreSupprimer
  2. enchantés merci à vous!
    Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  3. Ouep !

    mais faut maintenant faire preuve de sens pour le "post-capitalisme".

    RépondreSupprimer